SECTIONS FORCE OUVRIERE
MALAKOFF-HUMANIS

Aujourd'hui nous sommes le mardi 4 août 2020

Accueil > Archives > CCE / CE > DECLARATION FORCE OUVRIERE SUR PROJET NEO CCE DU 24 OCTOBRE (...)

DECLARATION FORCE OUVRIERE SUR PROJET NEO CCE DU 24 OCTOBRE 2017

mercredi 8 novembre 2017

FORCE OUVRIERE avait interpellé la Direction lors de la réunion du CCE du 27 octobre 2016 sur l’obsolescence du langage de programmation utilisé dans Graph Talk AIA et la maintenance de ce logiciel en cas de défaillance de l’éditeur.

Nous nous interrogions également sur les problématiques de performance du logiciel qui pourrait contraindre la Direction à assumer l’arrêt du projet du fait d’une volumétrie devenue bloquante au fil des migrations, tout en continuant de maintenir tout ou partie des anciens outils informatiques à coté de GT AIA partiellement déployé.

La Direction a indiqué à l’époque que le cadrage permettrait de répondre à ces interrogations.

Après la phase de cadrage, lors des deux dernières réunions de la commission Nouvelles Technologies, FORCE OUVRIERE a donc rappelé ces questions et a fait connaître à la Direction les nombreuses incertitudes pesant sur le projet NEO du fait du choix de l’outil Graph Talk AIA et les risques en découlant sur nos activités et nos emplois.

FORCE OUVRIERE n’a aucun doute sur le professionnalisme et la qualité des équipes internes engagées dans ce projet mais ces atouts ne permettront peut-être pas de pallier aux éventuels défauts intrinsèques de l’outil et notamment elles n’ont pas pu évaluer avec certitude le comportement qu’aura l’application quand l’ensemble du portefeuille Malakoff Médéric, avec toute sa complexité, sera géré dans GT AIA.

Etant donné que les seuls tests de performance ont été réalisés par la société qui commercialise le produit, il y a un risque réel que les temps de traitement et les temps de réponse s’envolent dans une telle configuration.

La Direction considère que GT AIA est la meilleure solution offerte par le marché et elle s’est sécurisée juridiquement par des clauses contractuelles, censées parer à toutes les éventualités, toutes les problématiques possibles et imaginables.

Pourtant, ces garanties contractuelles ne sont pas consultables par les élus. Pourquoi ?

Nous avons conscience que l’attente d’outils enfin performants est grande dans le groupe depuis une dizaine d’années. Les salariés du groupe n’ont pas à faire les frais des errements du passé qui ont empêché que le groupe Malakoff Médéric soit doté d’un outil robuste et durable : cet échec est le résultat des décisions stratégiques de la précédente Direction Générale qui avait choisi de laisser le pilotage du programme CUSI à deux cabinets de consultant.

Si toutefois des problèmes majeurs devaient survenir dans le déploiement du projet NEO, bien que la Direction estime avoir obtenu toutes les garanties possibles auprès de l’éditeur, FORCE OUVRIERE ne veut pas que les salariés soient la variable d’ajustement du projet et la Direction doit s’engager :

 A préserver nos emplois en maintenant les outils actuels le temps de leur remplacement.
 A ne pas externaliser nos activités en prétextant l’impossibilité de la gestion en interne.

Vos remarques en séance alimentent d’ailleurs nos craintes.

En effet, vous avez précisé qu’en ce qui concerne le lot 1 (individuel) tous les contrats qui ne pourront pas être « standardisés » seraient transférés en gestion à un prestataire extérieur … Verrons-nous une position semblable à l’occasion des lots suivants pour le collectif et notamment le collectif sur-mesure et grands-comptes ?